Qu'est-ce l'hérédité ? 

C'est ce que les parents transmettent aux enfants au cours de la génération. Lors de la conception d'un être vivant, ce dernier reçoit souvent un matériel génétique parfaitement identique à celui des parents et parfois un matériel modifié en partie. La partie modifiée est dite mutation ou évolution si son apparition est positive et à nouveau transmissible aux générations futures. Quand les mutations ne sont pas transmissibles l'individu qui les porte est dit "mulet".  La partie modifiée est dite maladie génétique si elle est préjudiciable à l'individu et héréditaire si l'anomalie ou la maladie est transmissible aux générations futures. 

La génétique est l'étude des lois qui régissent la transmission des caractères des parents à leurs enfants. Lorsque l'on s'intéresse à ce qui caractérise de manière apparente un individu (physiquement, biologiquement ou psychologiquement), on parle de « phénotype », mais si l'on étudie les gènes qui régissent ces caractères, on parle alors de « génotype ». Le génotype est donc l'ensemble des gènes contenus dans les chromosomes. 

Le père de la génétique est G.H. Mendel. Ses travaux sont extrêmement intéressants pour les colombiculteurs de pigeons de chair ou d'ornement qui travaillent sur des "races pures", en réalité sur des lignées homozygotes. Les pigeons "de races" sont comme les petits pois de Mendel : les phénotypes et génotypes initiaux sont homogènes. Pour les colombophiles, les éleveurs de pigeons voyageurs, le travail d'élevage est beaucoup plus compliqué. D'un point de vue génétique les pigeons voyageurs sont comme les êtres humains : il n'y a qu'une seule race constamment croisée. Même si certaines caractéristiques physiques comme la couleur des plumes ou des yeux sont des caractères transmissibles, sont-ils pour autant des éléments primordiaux attendus par les colombophiles ? La réponse est nette et sans aucune ambiguïté : NON. Ce qui intéresse le colombophile c'est un retour au colombier le plus rapide possible. Il est établi que quelques soient les possibilités physiques des pigeons, qui comme pour toute sélection augmentent au cours des générations successives, c'est le sens de l'orientation qui va faire les plus grosses différences de retours dans les concours. Il n'a jamais été établi (scientifiquement) qu'il y ait une quelconque relation entre le sens de l'orientation et la couleur du plumage. C'est également le cas pour la couleur des yeux, même si de nombreux écrivains depuis très longtemps ont établi des théories empiriques sur la question. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas une raison pour ne pas s'y intéresser et ne pas tenter de mieux comprendre ces phénomènes.

L'apparence chromatique des pigeons comprend deux caractères : la couleur et le motif. La couleur peut être considérée comme l'apparence de fond pouvant être vue avec des nuances différentes, alors que le motif serait plutôt un dessin ou une superposition de taches systématiquement de couleur noire.

Nous devons avoir un point de départ afin de classifier les gènes dans notre patrimoine héréditaire de pigeons. Pour les pigeons domestiques nous utilisons le pigeon de roche sauvage (columba livia). Toutes nos races domestiques sont issues de cette race sauvage. Pour cette raison nous prendrons comme référence de "Type Sauvage" le pigeon bleu barré (domestique, mais identique à l'aspect de couleur et de motif du pigeon sauvage).  Un pigeon bleu barré ne sera pas nécessairement un oiseau sauvage mais d'un point de vue de la couleur il en aura les attributs visibles, le modèle. Ce sont les pigeons avec l'ensemble des gènes de base qui produiront une couleur bleue, motif barré, pennes (dit aussi couteaux) normales. Qu'un changement intervienne sur  n'importe lequel de des gènes ayant une influence sur la couleur ou le motif et  le "Type Sauvage" serait modifié. En d'autres termes, un changement dans les gènes qui rendent n'importe quel pigeon différent d'un pigeon sauvage bleu barré est désigné sous le nom de mutation du type sauvage ou de départ. Gardez à l'esprit que quand un pigeon a ses gènes de couleur ou de motif modifiés, les gènes pour la couleur et le motif de base sont toujours là. Chaque pigeon doit les avoir. Ils ne sont pas remplacés. Ils sont simplement masqués ou modifiés pour paraître différents. De tels modifieurs peuvent cacher le modèle de base complètement ou simplement changer la couleur originale. De manière à ce que l'oiseau ne ressemble plus au modèle simple ou la couleur héritée des parents quoique génétiquement ils existent toujours.

En plus des deux caractères initiaux il faut donc tenir compte d'un caractère modifieur éventuel.

Klick eine Pfahne um diese Seite übersetzen
Click one flag to translate this page